Dr Dominique Descamps, Chef de service de Microbiologie du CH Béthune, témoigne

Le Centre Hospitalier de Béthune comporte 621 lits et places et enregistre environ 36 000 passages par an aux urgences. Notre étude a été réalisée en collaboration avec le Service de Pédiatrie et notre secteur Microbiologie-Hygiène du Laboratoire de Biologie médicale.

Méthodologie de l’évaluation du panel BIOFIRE®FILMARRAY® Gastro-Intestinal

Nous avons conduit une étude prospective monocentrique du 1er décembre 2017 au 30 mars 2018. Nous avons inclus tous les examens de selles prescrits par le service de pédiatrie durant cette période, soit 182 échantillons. Cette évaluation s’est faite en plusieurs étapes. Avant d’intégrer le test BIOFIRE® FILMARRAY® GI, nous avons cartographié le flux de la prise en charge des selles au niveau du laboratoire. Nous avons ensuite réalisé une étude comparative pour évaluer les performances du panel BIOFIRE® FILMARRAY® GI versus nos techniques conventionnelles (phase 1, du 1er décembre 2017 au 15 janvier 2018). Enfin, nous avons mené une étude interventionnelle pour analyser l’impact clinique du panel GI sur la prise en charge des gastroentérites aigües en pédiatrie (phase 2, du 1er au 30 mars 2018). En termes de nombre d’inclusions, nous avons inclus 91 enfants en phase 1 et 86 en phase 2. Plus de 83 % d’entre eux avaient moins de 5 ans et plus de 93 % ont été admis en hospitalisation.

Cartographie des flux

L’analyse des flux a comporté 3 jours d’observation et de mesures au laboratoire, l’analyse des documents descriptifs des modes opératoires et l’analyse statistique de nos données extraites du système d’information du laboratoire.

L’extraction de données a concerné 530 examens de selles venant du service de pédiatrie, sur une période de 8 mois, du 1er janvier 2017 au 31 août 2017. Nous avons analysé les délais médians des différentes étapes (Tableau 1).

Nous avons cartographié le processus complexe du flux de travail en pièce technique (Figure 1). Il comporte 31 étapes, dont une vingtaine sans valeur ajoutée et 11 avec valeur ajoutée, apportant une transformation utile à l’obtention du résultat. Certaines étapes sont potentiellement chronophages (8), comportent des risques d’erreurs (2) et/ou nécessitent du personnel qualifié (4). Le temps technique représente moins de 1 % des étapes à valeur ajoutée du processus, avec un temps technicien moyen de 10 mn 52 s pour le traitement d’une selle alors que le temps d’incubation représente plus de 88 %, notamment pour les coprocultures. Pour améliorer la prise en charge des examens de selles au laboratoire, il faut donc une évolution technologique, d’où notre décision de tester le panel BIOFIRE®FilmArray ® Gastro-Intestinal.

TÉLÉCHARGER L’INTÉGRALITÉ DU PUBLIREPORTAGE DU Dr DESCAMPS

Articles complémentaires

Comment optimiser l'antibiothérapie dans les infections respiratoires?

Lire

Améliorer la prise en charge des patients avec la biologie moléculaire

Lire

Etude Global-PPS : consommation hospitalière mondiale d’antibiotiques

Lire

Automatisation Laboratoire de Microbiologie: un exemple de déploiement

Lire

Qu’est-ce qu’une CMI « réelle » ou « vraie » ?

Lire