Virus Hépatite E

Longtemps considérée comme une maladie de voyage, l’hépatite E est désormais reconnue en France, sous une forme autochtone, principalement véhiculée par la consommation de viande crue ou insuffisamment cuite. Retour sur ce virus « silencieux » et sur les tests sérologiques qui permettent de le détecter.
Première cause d’hépatite virale aiguë dans le monde, le VHE est responsable de 20 millions d’infections par an, selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), dont 3 millions de cas sont symptomatiques. Dans le monde, 44 000 personnes sont décédées du VHE en 2015 et en France, le virus serait responsable de 18 décès par an.

Un large spectre clinique

Dans 9 cas sur 10, l’infection par le VHE est asymptomatique. Mais chez certains patients, après une incubation qui dure 40 jours en moyenne, l’hépatite E peut se manifester par des symptômes aspécifiques tels que des nausées, une perte d’appétit, des douleurs abdominales, de la fièvre ou des arthralgies. Quelques patients présentent un ictère qui peut durer plusieurs semaines.

« La guérison est la règle chez les patients immunocompétents »

Pr Péron , Service d’hépatologie – l’hôpital Rangueil , CHU de Toulouse

« En revanche, il existe un risque d’évolution vers une forme chronique et donc une cirrhose hépatique, lorsque l’infection survient chez un patient immunodéprimé, après une transplantation d’organe par exemple »

Pr Péron , Journées Francophones d’Hépato-gastroentérologie et d’Oncologie Digestive 2019

L’hépatite E aiguë peut aussi évoluer en hépatite fulminante et entraîner la mort du patient, bien que les cas soient rares dans les pays industrialisés. Le VHE peut, par ailleurs, aussi être responsable d’atteintes extra-hépatiques, en particulier neurologiques.

Deux profils épidémiologiques différents

Malgré une incertitude quant à la prévalence exacte du VHE, l’OMS estime qu’environ un tiers de la population mondiale a été infecté par le virus. Si un seul sérotype est connu, le virus de l’hépatite E présente une diversité génétique importante, représentée par quatre génotypes principaux infectant l’humain. Les génotypes 1 et 2 sont restreints aux régions endémiques (VHE 1 en Asie et Afrique, VHE 2 en Afrique et au Mexique), et leur transmission à l’homme se fait via l’eau contaminée par des excréments. Les génotypes 3 et 4 présents dans les pays industrialisés, résultent d’une infection ayant pour origine le réservoir animal, via l’ingestion de viande crue ou insuffisamment cuite, de porc, de gibier ou de crustacés. Une transmission par transfusion de produits sanguins contaminés a aussi été décrite.
Dans les pays en développement avec des séroprévalences de 30 à 80 %, le VHE touche essentiellement les jeunes hommes (< 35 ans), alors que dans les pays développés, les patients symptomatiques sont généralement des hommes de plus de 50 ans, ayant une consommation excessive d’alcool ou une hépatopathie chronique. En France, la séroprévalence du VHE varie entre 8 % et 80 % en fonction des régions, selon le Centre national de référence (CNR) des hépatites.

La sérologie de l’hépatite E : une nécessité

Si la plupart des cas sont asymptomatiques, certains patients déclenchent des hépatites aiguës, nécessitant la réalisation d’une sérologie anti-VHE.

« Il est nécessaire de tester l’hépatite E en première intention chez toute personne en France présentant un tableau d’hépatite aiguë virale ».

« Les patients présentant des signes cliniques symptomatiques d’une hépatite, une élévation des transaminases ou des manifestations neurologiques aiguës (Syndrome Parsonage-Turner ou Guillain Barré) peuvent aussi être testés en première intention »

Pr Izopet, chef du service de virologie au CHU de Toulouse et responsable du CNR pour le VHE

Le diagnostic de l’hépatite E consiste en une recherche d’anticorps spécifiques IgM et IgG et une mise en évidence par PCR du génome viral dans le sang ou les selles. En dehors du cas des patients immunodéprimés, une sérologie anti-VHE s’avère suffisante, les IgM signant une infection récente au VHE et les IgG présentes isolément témoignant d’une exposition antérieure au VHE. Les nouveaux tests sérologiques, dotés d’une spécificité élevée, sont pris en charge par la Sécurité Sociale (acte biologique codé 4502) en cas de diagnostic d’une infection récente (recherche des IgM anti-VHE). Quant à la biologie moléculaire, elle ne doit pas être une priorité. La détection quantitative de l’ARN viral du VHE n’est en effet remboursée depuis avril 2019 (code 4503), que dans les deux situations suivantes : chez l’immunodéprimé, au diagnostic d’une infection aiguë (sang), au diagnostic d’une infection chronique (sang) et au suivi thérapeutique d’une infection avérée (sang et selles) et chez l’immunocompétent au diagnostic d’une hépatite aiguë accompagnée de manifestations graves.

Une augmentation exponentielle des échantillons à tester

« Si pour des raisons historiques, l’hépatite E conserve cette image de maladie de voyage, la communauté médicale est de plus en plus sensibilisée à sa transmission autochtone »

Pr Izopet

Entre 2002 et 2018, il a pu constater une « augmentation exponentielle » du nombre d’échantillons testés (209 vs 90000). Le nombre de cas cliniquement symptomatiques diagnostiqués a également augmenté, surtout pour les cas de transmission autochtone (9 vs 2616). Parallèlement, le nombre de personnes hospitalisées pour l’hépatite E a aussi augmenté (57 vs 653), avec des taux d’incidence annuelle plus élevés dans les régions du Sud : Occitanie, Paca et Corse.

« L’augmentation des diagnostics recensés par le CNR est liée à une plus grande sensibilisation des médecins, mais aussi à l’apparition de meilleurs tests »

Henriette de Valk, étude « Surveillance de l’hépatite E en France » , Bulletin épidémiologique hebdomadaire n°28.

Des tests sérologiques anti-VHE automatisés grâce la technique VIDAS®

La première technique automatisée de tests IgM a été proposée en 2018 par bioMérieux sur l’automate VIDAS®. Il en est de même pour les tests IgG, disponibles dans le commerce sous format microplaque, et développés sous format automatisé sur les automates VIDAS®. Le panel VIDAS® Hépatite contient 11 tests automatisés permettant le diagnostic et le suivi de la plupart des hépatites dont la E. Le dosage des IgM et IgG anti-VHE peut être réalisé sur 100 µL de sérum ou de plasma, dans des barrettes de tests unitaires, prêtes à l’emploi, à insérer dans les automates d’immuno-analyse de la famille VIDAS®.

Le résultat est fiable et peut être rapidement obtenu, en l’espace de 40 minutes. Ses performances ont été évaluées par le CNR de l’hépatite E en 2017. La technique VIDAS® a été comparée à une technique sensible de détection d’anticorps dans des cas d’hépatite E aiguë. Une concordance positive de 97,65 % a été observée au moment de la phase virémique, lorsque les transaminases s’élèvent et que la PCR devient positive. Il en est de même dans le contexte d’une infection ancienne, avec une concordance négative de 99,34 %. Pour les IgG, des résultats très similaires ont également été observés entre les techniques : concordance positive 96,67 %, concordance négative 96,42 %. Ces tests sérologiques aident les cliniciens à émettre un diagnostic différentiel aux patients présentant des symptômes évocateurs d’une hépatite. Ils ont permis d’améliorer les connaissances épidémiologiques et cliniques sur l’infection au VHE au cours des dernières années.
Acteur majeur du diagnostic in vitro et leader mondial en microbiologie clinique, bioMérieux contribue à la qualité de la prise en charge des patients ainsi qu’à la protection de la santé des consommateurs, en développant des solutions innovantes de diagnostic in vitro, tels que les automates de la famille VIDAS®, reconnus dans le monde entier pour leur simplicité, leur flexibilité et leur précision.

  • N’hésitez pas à télécharger l’infographie sur l’hépatite E

Articles complémentaires

Analyseur d’Agents Microbiens : choisir les bons traitements

Lire

Milieux de culture bioMérieux & résistance aux antibiotiques: la lutte

Lire

Site de Microbiologie : découvrez Dr Microbe !

Lire

Prélèvement des hémocultures : pour assurer un bon diagnostic

Lire